Contrexéville avec Passion mais Raison

© 2050 - Jean-Pierre Fournier

Si les murs des écoles pouvaient pleurer ...

04/08/2016

ILS LE FERAIENT AINSI ...........................................

 

Lors des questions diverses (Conseil Municipal du 28 juin 2016), j'ai contesté et refusé la suppression, par la ville, de la sculpture de Didier Pozza,dénommée « Casimir » - après vote des enfants - par les élèves de l’école maternelle de Contrexéville en 2000.

 

Elle est l’aboutissement d’un projet pédagogique mené par ses enseignants dans le cadre d’une action fédérant tous les acteurs contrexévillois (établissements scolaires, associations, …) à l’occasion du changement de millénaire. Action sollicitée et soutenue par le maire de l’époque, Jean Brod. A noter que cette statue a reçu le mécénat de l’entreprise de François Wildemberg.

 

Après avoir présenté mes arguments, les premières réactions sont venues de l’adjointe aux affaires scolaires, Sophie Crémona : « elle est moche ! », « elle est rouillée ! ».


J’ai contesté ces propos tenus, complètement subjectifs, qui ne sont pas des arguments.
Un conseiller municipal de la majorité, Sébastien Gillet, a immédiatement pris la parole pour asséner l’aspect dangereux de cette sculpture pour les enfants.


J’ai alors répondu que depuis 16 ans, il n’y avait eu aucune intervention des pompiers, du SAMU pour des accidents et même personne d’autres pour des petits « bobos ».

 

J’ai parlé du syndrome de surprotection des parents (je m’explique : de plus en plus de parents laissent agir leurs enfants et veulent que les autres – leur entourage – fassent absolument tout sur leur terrain ou leur territoire pour que tout ce qui peut tenter potentiellement leur(s) enfant(s) soit sécurisé à outrance (hyper sécurisé) afin que leur défaut de surveillance et/ou d’éducation ne soit pas, ainsi, mis en cause).
L’adjointe aux affaires scolaires s’est étonnée qu’apparaisse une telle polémique ! On peut mesurer ici la haute teneur de sa réflexion sur la création artistique en général et le respect de celle-ci.

 

Le débat a tourné en rond au point que j’ai fini par dire : « Contrexéville n’est pas encore une ville FN, à ma connaissance. »

 

En conclusion, j’ai obtenu que la statue ne soit pas tout simplement enlevée mais déplacée (le maire a dit, au cours des échanges, qu’il était pour l’art contemporain et a rappelé son titre de vice-président du conseil départemental en charge de la culture). Par contre, je ne sais pas où elle sera remise.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Jean-Pierre Fournier

Liste

Contrexéville

avec Passion

mais Raison

Liens utiles

Contrexéville

Recherche par tags
Please reload

Me suivre
  • Facebook Basic Black